Marche sur la cop de la zad d'Agen Rotating Header Image

novembre, 2015:

08-09-10-11-12-13-14 Novembre

08/11 Saint Epain

Levés de bonne heure , nous reprenons la marche après le rangement du camp. Quelques copains partent sur Tours préparer notre arrivée dans deux jours, d’autres partent sur l’escale de ce soir trouver un petit coin pour nous à St Epain.
P1160131
C’est une marche de 25 bornes qui nous attend aujourd’hui. Sûrement à cause de nos téléphones sur écoute, les gendarmes nous attendent pas loin pour un banal et aléatoire contrôle d’identité, ce à quoi nous répondons que nous n’avons pas nos papiers car nous voyageons léger.
P1160185
Sans faire d’histoire , l’Estafette reprend sa route. C’est en arrivant à St Epain qu’une voiture de gen-gen et une du PSIG nous attendent réclamant de voir nos papiers sinon ils nous embarquerons.
P1160206
Étant trop nombreux, des renforts de Tours les rejoignent.
« Que fait-on ? » Ils nous suivent jusqu’au camp situé sur le camping municipal fermé à cette époque. Nous sommes alors à 12 face à 15, leur ayant remonté les bretelles exaspérés par leur harcèlement et refusant un match de foot, ces derniers repartent.
Ça a de plus l’air d’être du jamais vu dans ce petit village tranquille au vu de la tête des riverains.
Le menu du soir : soupe et beignets au chocolat fait maison avec un p’tit thé à la menthe. Une bonne nuit nous attend.
P1160217

09/11, 10/11, 11/11 Tours

09/11
Nous partons de bonne heure ce matin car nous n’avons pas encore trouvé de lieu pour le soir, nous avons le choix d’aller jusqu’à Monts après 20 kilomètres ou continuer jusqu’à Tours pour un peu plus de 30 km. C’est à Monts qu’on s’arrête manger avec l’équipe logistique où nous attend un repas chaud cuisiné sur place.
Le doute de trouver un lieu ici pour dormir plane jusqu’à la fin du repas où les copains éclaireurs nous appelle. Ils ont trouvé un lieu paradisiaque pour nous, nous nous remettons donc en route.
Nous arrivons à Joué-lès-Tours au terminus du tram dans un bout de ferme au milieu des bois, à deux pas de la ville.
Les indications nous mène à un portail en bois au milieu de tout, dé-nominé « le Marchais » .
A peine la porte poussée, c’est un petit coin de paradis qui s’offre à nous. Une vieille ferme avec un petit coin de forêt. On en oublie presque l’enfer qui vit devant la porte.
P1160338
On peut installer notre campement et fêter dignement l’anniversaire de l’un de nos marcheurs.
P1160335

10/11
C’est donc la tête dans le brouillard qu’on se lève. Nous prévoyons pour le lendemain une nouvelle tentative de l’action « FAITES DU BRUIT POUR LE CLIMAT ». Nous partons donc en plusieurs groupes communiquer sur le sujet et sur notre marche. Les uns passent à la fac, les autres en ville jongler, faire de la musique,…
P1160267
P1160269
Nous apprenons sur la route une soirée dédiée au St Martin, un type qui aurait partagé son manteau en deux pour un autre type qui n’en avait pas il y a plus d’un siècle. Nous nous y rendons mais l’ambiance plutôt solennelle nous fait partir rapidement.
On se rend ensuite à une conférence sur le climat à la fac, mais les répétitions sur les choses qu’on connaît nous fait partir rapidement aussi.
P1160321
C’est donc bredouille que nous rentrons nous coucher chez nos superbes hôtes à Joué-lès-Tours.

11/11
La journée d’aujourd’hui est dédiée à la comm’ pour l’action de ce soir.
Nous commençons la journée par un regroupement anti-militaire en l’honneur du 11 novembre où nous nous sommes greffer à un autre groupe et mélangés nos chorales.
Nous participons ensuite à un repas partagé à l’Eglise St Julien où nous sommes super bien accueilli par les religieux, c’est avec compréhension et sans aucun jugement que nous partageons ce repas ensemble.
Ensuite nous partons au travers de la ville discuter avec les passants et communiquer sur l’action du soir. La fanfare continue pour se poser sous le mont de Pierre, sur les bords de la Loires pour un atelier cirque de rue avec quelques personnes interessées.
Puis nous partons sur la mairie pour notre rendez-vous de 19h : FAITES DU BRUIT POUR LE CLIMAT ! Où plusieurs petits groupes s’ajoutent au notre pour la soirée et quelques autres s’arrêtent juste un temps discuter avec nous, intrigués et intéressés.
P1160350
Nous partons ensuite boire un verre avant de rentrer dormir.

12/11 Amboise

Repartant de Tours nous remercions nos hôtes et partons. Ne sachant pas où l’on s’arrête le soir, on donne rendez-vous à nos amis logisticiens pour un superbe repas à 7km de route : aujourd’hui c’est chapatis ! On reprend la route le ventre plein, c’est là que Mastoque, l’un de nos jeunes chiots de 3 mois tombe de 2m sur des rochets. Plus de peur que de mal, on est bientôt de nouveau sur la route le petit Mastoque en sécurité dans la voiture avec l’autre équipe. Les kilomètres étant plus que prévu, nous nous retrouvons sur une route sinueuse la nuit tombée totalement. Nos amis viennent alors nous cueillir pour plus de sécurité. Nous emmenant à Amboise un petit village magnifique qu’ils ont eut la chance de découvrir cette après-midi.
P1160401
Nous sommes accueillis au village à côté sur une île entre deux divisions de la Loire. Nous ne sommes pas beaucoup à profiter du repas, tout le monde est déjà au lit…
P1160407

13/11 Ozain

Nous reprenons la route assez tôt cette fois-ci ; pour ne pas se faire prendre par la nuit. Nous partons à 9h du matin ; direction Ozain où Julie aide généreusement nos amis logisticiens a trouver un presbitaire où nous pourrons cuisiner et se loger à l’intérieur et à l’extérieur sur un petit jardin enherbé.
P1160415
P1160433
Ce soir on ressort les cartes et sans perturber le catéchisme dans la salle d’à coté, fredonnons quelques musiques et arrosons le Couscous maison au pinard.. Miam !
P1160437

05-06-07 Novembre

05/11 Vouneuil-sur-vienne

P1150865
On se motive assez tôt à ranger le camp car une longue route nous attend pour nous rendre jusqu’à Vouneuil-sur-Vienne .
P1150949
Nous sommes malheureusement obligés de faire une bonne partie de la route en longeant les grandes routes jusqu’à la pause déjeuné où nous continuerons la route à travers la grande foret de Moulière.
P1150872
P1150844
Grâce au changement d’horaire nous arrivons à destination en pleine nuit. Nos amis logisticiens partit en éclaireurs à la mairie dans la journée ont réussi à se faire prêter un terrain sur les abords de la Vienne, ce soir c’est sandwich à la tortilla !
Crevés par la route , personne ne fera de vieux os ce soir.

06/11 Châtellerault

P1150999
Ce matin on s’autorise une grasse matinée car la route n’est pas longue jusqu’à Châtellerault. La marche est divisée en deux : un groupe passe par les villages pour faire de la com’ alors que les autres empreintes les longues routes de campagne.
Arrivés à Châtellerault en premier, le groupe qui passait par les villages se fait suivre par la gendarmerie et la police qu’ils ont réussit à semer assez rapidement.
Peu de temps après, Christophe le RG était à leur trousses. S’amusant avec lui, ce dernier fini par payer le café à tout le monde.
L’autre groupe fini par les rejoindre, et le kiosque de la place centrale danse enfin sous les percussions, accordéons et jongleurs venus l’animer.
P1160048
Les copains jongleurs se rendent ensuite à l’école de cirque de la ville recruter d’autres camarades.
On profite de la ville pour faire quelques lessives, puis nous rejoignons nos hôtes affiliés au mouvement des « colibris ».
C’est dans la magnifique maison de pierres de Ivan qu’un magnifique repas plein de bonne humeur nous attend, accompagnés de vins de compétitions, de musique et de superbes rencontres.
Accueillis comme des rois, nous sommes ensuite dispatchés dans les différentes maisons pouvant nous héberger, mais après ce mois passé ensembles, il nous est difficile de nous séparer.
Une super nuit dans des super lits, tous douchés, on est prêts à enchaîner dans la bonne humeur.

07/11 Marigny-Marmande

C’est sur les coups de midi que la troupe se remet en route avec une camarade de plus venue de Toulouse la veille. Une étape dans les routes de campagnes nous attend jusqu’à Marigny-Marmande, où les groupes répartis se retrouvent.
Ici la logistique prépare déjà notre arrivée, ils réussissent à nous dégoter un terrain de foot et installent notre campement, ce soir c’est chacun dans sa tente.
P1160174
Dès notre arrivée les frites chaudes sont au rendez vous avec de super sauces faites maison par nos chefs cuistots.
La soirée est à l’ambiance de jeux entre la belote et les jeux de dés. Chacun peut aller se coucher pour une nuit peu chaude pour l’époque.

01-02-03-04 Novembre

01/11 Saint-Benoît

Nous repartons de chez Dimitri au petit matin avec quelques bouteilles de lait fermier offertes généreusement par nos amies les vaches.
Direction Saint-Benoît où nous sommes attendus par l’Emmaüs du village qui nous prête un bout de terrain pour le soir et des douches pour le matin.

02/11 03/11 et 04/11 Poitiers

C’est dans un fou rire général que la petite tribu se réveille.On décide pour cette première journée de partir en free-dance.
Le groupe se divise alors, deux par ci pour trouver internet afin de contacter les collectifs et mairies pour la suite de la route, deux par là pour trouver des lieux où nous loger les deux prochains jours à Poitiers, et deux groupes de 3 personnes partent visiter Poitiers séparément.
A peine un pied posé sur les terres de Poitiers, les deux bandes se font interpellés par nos amis de la police nationale et sous couvert de « faire leur travail » contrôlent les identités, et profitant du fait que l’un des groupes ne connaissent pas bien ses droits fouillent les sacs.
3 de nos amis sont alors emmenés au poste pour vérification d’identité (Nous sommes tous suivis de très prêt).
Nous lâchons tous nos activités pour rejoindre nos camarades, et leur montrer que coffrer un zadiste n’est pas la meilleure idée si l’on ne veut pas se retrouver avec un cirque ambulant devant le Poste.
Nous finissons ensuite l’après midi en jongleries et musiques sur la place de l’Hôtel de ville de Poitiers sous les yeux attentifs de quelques bleus et de RG.
Parallèlement quelques copains ont réussi à trouver un magnifique lieu habité par un collectif d’artistes sous les conseils d’un bar associatif nommé le Plan B.
Notre seconde journée à Poitiers est basée sur le symbole de la com’.
P1150770
Le groupe se scinde en 2, les uns partent en ville tracter, faire de la musique un peu partout, les autres partent faire le tour des facs discuter avec les étudiants et expliquer dans plusieurs amphis notre démarche et prévenir l’action de ce soir : FAITES DU BRUIT POUR LE CLIMAT.
P1150756
P1150750
P1150736
Rendez vous place de l’Hôtel de Ville avec instruments, casseroles, voix, copains, juste sa personne, tout pour faire le maximum de bruit.
Un prof de sociologie qui faisait son cours sur la classe ouvrière enchaîne son cours sur notre façon de manifester bruyamment qu’on appelle d’après ses dires : un charivari
Malheureusement, une grosse averse orageuse fera tomber notre action à l’eau mais une dizaine de personnes et un journaliste de la Nouvelle république viendrons quand même à notre rencontre.
P1150777
Nous rentrons à Zo Prod pour une bonne nuit bien mérité, la ville ça épuise les cerveaux.
Le lendemain quelques groupes repartent en ville faire de la com mais la journée est propice au repos.
Le soir rendez vous au Plan B pour une discussion avec les locaux intéressés par notre démarche. Nous faisons alors la rencontre de Anaëlle, une journaliste de l’émission « la bas si j’y suis » sur une web-radio qui nous suivra pour la soirée et la journée du lendemain.
P1150791
Nous sommes du même coup invités pour un concert d’improvisation participative avec pleins d’instruments mit à disposition pour qui le veut.
En même temps une délégation part pour une réunion où nous avons été conviés par la FSU où se réunissent des personnes de différentes associations (ATTAC86, Ensembles, Amis de la terre Poitou, GreenPeace Poitiers, … ) sans prôner leur étiquettes dans le but de prévoir des actions pour la COP21 sur Poitiers et Paris.
C’est après que nous sommes invités à un autre concert dans un autre bar associatif : Le 23.
Nous rentrons nous coucher auprès du feu du poëlle du tipi pour une bonne nuit avant de repartir « on the road again » !P1150832

28-29-30-31 Novembre

28/10 La Faye

C’est un membre de l’association MARPEN et Maire du village, Albert et sa compagne Claire, qui nous accueille dans son ancienne maison de multiples époques reconvertie en gîte.
Leur accueil sensible et leur soutien sans faille nous aurons touchés, même après les pressions des gendarmes qui campent au bout de chez eux jusqu’à notre départ !

29/10 Tessé

C’est sur le terrain d’un ancien Logis que nous plantons le camp cette fois ci.
A peine nous arrivons que nous nous voyons submergés par les témoignages, et bientôt les enregistrements seront accompagnés de vidéos et de photos tous aussi consternant quand au désastre qu’est cette LGV.
Nous reprenons la route touchés par la colère de ces militants, et sentons la rage montée en nous quand encore une fois, notre départ est accompagnée de deux motards et de deux voitures de gendarmerie et du PSIG.
Nous apprendrons plus tard que la majorité des mairie et collectifs qui nous ont accueillis depuis Bordeaux, ont été contactés par les services de la gendarmerie pour les mettre en garde contre « Les méchants Zadistes » .

30/10 et 31/10 Vivonne

Ce matin là, deux marcheurs intrépides se décident de partir pour l’ouverture du marché de Couhé et se mettent donc en marche dès 3h du matin,
Malheureusement le marché avait eu lieu la veille, et ils continuent donc jusqu’à la prochaine ville : Vivonne.
Le reste du groupe de marcheurs rejoignent d’abord Couhé en voiture, puis font route en direction de Vivonne à pied, faute de marché.
Les deux autres véhicules de logistique quand à eux sillonnent la campagne promenant les forces de la gendarmerie qui nous suivent à la culotte.
C’est en soirée que nous trouvons enfin notre destination au sud de Vivonne, dans la ferme laitière bio de Dimitri.
Cet amoureux de la nature à reprit la ferme de son père avec son frère, pour la reconvertir en bio grâce à son intérêt pour la biodynamie et ses contacts avec de nombreux réseaux comme « semences paysanne » et la Confédération Rurale.
C’est avec passion donc, qu’il nous fait partager son savoir faire et nous confie s’en sortir beaucoup mieux grâce a ces nouvelles semences, ainsi qu’a des techniques beaucoup plus respectueuse de l’environnement qui l’entoure.
Sachant le marché le lendemain à Vivonne, nous nous décidons donc à rester dans ce merveilleux bout de nature deux jours.
Nous partageons un repas, des crêpes et le vin autour du feu avec notre hôte, qui se voit sortir de son train train par tous ces hurluberlus.
Le marché enfin atteint, la petite troupe se déploie dans tous ces abords afin de tracter, chanter, lire, et échanger avec l’ensemble de la population.
P1150612
P1150604
Le charme de cette localité, bercée par quatre rivières, nous touchent tous et nous tombons des nues quand nous découvrons qu’un autre tracé LGV , celui de la ligne Poitiers-Limoges, tracera une saignée dans ces paysages.
Après une journée pleine de rencontres et d’échanges, nous regagnons le terrain de Dimitri, pour un repos bien mérité avant Poitiers.

25-26-27 Octobre

25/10 et 26/10 Angoulême,

Nous nous retrouvons tous à la Maison des Peuples et de la Paix dans le centre d’Angoulême, où nous partageons et communiquons dans les rues de la ville avant de nous rendre à l’hommage prévu pour Rémi, voir l’article à ce sujet : http://marchezadagencop.noblogs.org/post/2015/10/25/hommage-a-remi/
C’est l’occasion de faire la rencontre de Dominique et Yves qui nous hébergerons pour deux nuits dans les hauteurs de la ville.
Le second jour nous permettra d’arpenter la ville très vide en cette période, et de réorganiser la logistique, entre discussions et cours d’Espéranto avec nos hôtes.

27/10 Marcillac-Lanville

Nous quittons la cité Angoumoise pour suivre la Charente et un bout du chemin de saint jacques vers le nord en direction d’une magnifique Abbatiale du XIIe siècle, que l’association MARPEN rénove et nous ouvre les portes pour la nuit.
Un ami de retour de voyage, Marc Vella et sa caravane amoureuse,à tenu absolument à nous emporté le temps d’une escale dans ses vibrations improvisées.
Les marcheurs s’en retrouve emplis d’amour et n’ont plus qu’à mettre les pieds sous les tables de l’ancienne salle de repas des moines pour déguster la fameuse Tourtiflette !
Ces murs pleins d’histoires et ce confort monumental sont plus que bienvenus après la plus longue et pluvieuse étape à ce jour.tec-55-jpg

22-23-24 Octobre

22/10 Saint Martin d’Ary

P1030431

Ce trajet très long et fatiguant nous aura permis tous de même de traverser de beaux espaces boisés. C’est sous une légère pluie que nous atteignons la ferme de Tony. Déjà un énorme repas (végétarien et carnivore) nous attend concocté par Monique.

C’est le ventre bien rempli que nous nous dirigeons vers la Salle du village, où élus et habitants curieux de notre démarche, viennent à notre rencontre. Pour une discussion riche aussi bien d’un côté que de l’autre.

23/10 Brossac

Malgré notre appel tardif, le maire de Brossac nous accueille dans la salle des fête du village,
Durant toute l’après midi nous animons la place de jongleurs et musiciens, et arrêtons les véhicules pour prendre contact avec les locaux et recueillir des témoignages.

24/10 Saint Léger

Une partie du groupe part ce jour là revoir nos amis de Cri Primate et du collectif sud gironde lors d’une soirée qu’ils organisent à Pondaurat en soutien aux Zad.
Cette soirée magique nous aura permis de réaffirmer notre engagement commun contre tous ces grands projets inutiles, et en particulier de la LGV Bordeaux-Toulouse.
Les autres marcheurs se retrouvent à Saint léger après avoir avoir quelques soucis avec les gendarmes comme décrit dans cet article : http://marchezadagencop.noblogs.org/post/2015/10/25/cap-sur-la-cop-case-tribunal-pour-les-marcheurs/ .

DCIM100GOPRO
Ils font la rencontre de Marie-Cécile par hasard sur la place du village, qui leur ouvrent son domaine, ses anges et son cœur.

18-19-20-21 Octobre

18-19 octobre Sherby Blanquefort

Nous sommes accueillis pour deux nuits dans une vieille maison pleine de charme squattée par des copains appelée le Sherby. C’est après une bonne nuit que nous partons rejoindre Bordeaux pour une journée d’actions bien chargée.
C’est alors que nous nous dirigeons vers l’hôtel de région où nous vous détaillons l’action dans l’article ci-contre: http://marchezadagencop.noblogs.org/post/2015/10/22/action-dans-lhotel-de-region-aquitaine-le-19102015/

Notre petite troupe continue alors le cortège sous bonne escorte au travers de la cité administrative, puis sur toute la rue Sainte Catherine où plusieurs groupes se crées afin de divertir au travers de chants, textes, jongleries et autres échanges toute la population jusqu’en début de soirée.

Rue sainte catherine

Rue sainte catherine

Nous retrouvons nos copains au Sherby pour une bonne petite soirée avant de reprendre la marche le lendemain.

20/10 Saint André de Cubzac – 21/10 Laruscade

Nous rejoignons le lendemain Saint André de Cubzac, où la mairie nous propose de nous installer sur le stade au nord de la ville.
P1030414
Nous sommes tous conscient qu’à partir de maintenant, les vastes espaces de nature vus jusqu’à présent seront entaillés par les travaux biens avancés de la LGV Bordeaux-Tours et de ces soit disant ouvrages d’arts,
En partant du stade, nous décidons donc de suivre le tracé de la LGV, qui à l’apparence pour l’instant d’une route goudronnée neuve où se croisent camions chargés de ballast qui seront étalés quelques kilomètres plus loin,
Aucune mise en garde où barrière ne nous empêche d’aller à la rencontre des ouvriers, les gendarmes eux même sont venus à notre rencontre, de nombreux riverains effectivement se promène par curiosité sur les abords du chantier pour constater l’ampleur du drame.
Le soir venu, nous accostons sur le lac de Laruscade, où nous avons la visite de 9 véhicules de gendarmerie venus nous les briser.
P1030426

Heureusement l’association propriétaire du lac voyant cette bêtise, nous invite à y planter notre camp.